Inès

couv_inespinceauJérôme d’Aviau
aux éditions Drugstore

Format : 25 x 20 cm
Nombre de pages : 101
ISBN / EAN : 978-2356260970
En librairie le 11 mars 2009

 

__________________________________________________________________

Résumé :

Au cœur de la violence conjugale…

Pour tout le monde, c’est un couple ordinaire. Lui est perçu comme le mari idéal, elle comme la femme réservée. Pourtant, une fois la porte de leur appartement fermée, les visages changent. Des bruits sourds, des bleus masqués, les regards du voisinage ou des amis niant la réalité par facilité… Les humiliations et les coups constituent le quotidien de cette jeune mère de famille. Jusqu’à quand ?

À travers ce récit bouleversant sur une question de société trop peu abordé, Loïc Dauvillier nous confronte au drame de la domination physique et morale d’un homme sur une femme, que le dessin sobre et sensible de Jérome D’Aviau rend particulièrement poignant.

__________________________________________________________________

planche_ines__________________________________________________________________

Découvrir les premières pages :

http://www.glenatbd.com/bd/livre/ines-9782356260970.htm#page/12/mode/2up

__________________________________________________________________

Traduction :

couv_ines_italieITALIE –

Editeur : Renoir Comics
Format : 24 x 17 cm
Nombre de pages : 112
ISBN / EAN : 978-8865670057
En librairie juillet 2011

 

__________________________________________________________________

Critiques :

Interview sur sceneario.com
lien : http://www.sceneario.com/
__________________________________________________________________

C’est bref et cinglant comme un coup de poing. Comme les coups que reçoit régulièrement la jeune femme de cet album de la part de son mari. Tout semble le faire sortir de ses gonds et chaque fois, après les insultes et les coups, elle culpabilise. Et « les mots blessent encore plus que les coups ». Humiliée, rabaissée, elle se fait petite, taiseuse, s’enferme en elle-même dès qu’il apparaît. Où irait-elle de toute façon ? Partir oui mais pour trouver quoi et pire, si c’était pour être obligée de revenir… Alors elle courbe l’échine, au milieu des pleurs de sa fille. Et elle espère aussi un peu que cet ami venu dîner lui parlera de ses bleus qu’il a aperçus. Et l’on se prend nous aussi à espérer que cette voisine qui semble s’inquiéter viendra frapper au bon moment, décrochera son téléphone pour prévenir les autorités. Malheureusement, on est là comme dans la vraie vie : chacun sait ou se doute mais refuse de se mêler à cette réalité trop glauque, trop dérangeante et se tait.
Pour illustrer ce scénario tout en tension, les dessins en noir et blanc de Jérôme d’Avieu ont forme d’uppercut, reflétant, sans fioritures et avec justesse, la violence subie par l’héroïne mais aussi par sa fille, marquée à tout jamais par ce drame. Un album puissant qui reflète une malheureuse réalité qui alimente bien trop souvent les faits divers. Une plongée saisissante dans l’intimité violente d’un couple.

le port de l’encreuse

__________________________________________________________________

Les Leblon vivent dans un immeuble collectif avec leur petite fille. Les voisins s’inquiètent et s’agacent de l’entendre pleurer tous les soirs. N’y tenant plus, leur voisine décide d’aller prendre des nouvelles auprès de ses parents sous l’oeil indifférent de son compagnon. Le père ouvre et explique les scènes de la petite fille pour aller dormir :  » Si on commence à marcher dans son jeu, je crois qu’on n’a pas fini.  » La voisine repart rassurée.

Mais le lecteur va vite comprendre que la réalité est tout autre. Inès pleure car sa maman est battue par le père…  Les pages qui suivent nous permettent de découvrir tout l’envers du décor de la violence conjugale.

Voilà un album fort sur un sujet difficile.

J’avais déjà abordé ce thème par un autre album lu précédemment : …A la folie de Ricard et James, que j’avais trouvé extrêmement bien construit et très « éducatif » sur les ressorts psychologique de cette violence.

BIen, malgré moi, la lecture d’Inès s’est faite d’une certaine manière en regard de cette lecture.

Inès est donc la tranche de vie d’une famille et plus précisement d’une femme battue par son mari. Le lecteur va la suivre durant 48h et découvrir la violence physique et morale dont fait preuve son compagnon à son égard. Dévalorisant sa femme, la rendant coupable de ses emportements, sa cruauté s’accentue encore plus avec l’alcool. Il ne semble même plus dormir avec elle et la force à avoir des rapports sexuels.

Sa femme, elle, semble impuissante à faire face. La tentation de partir pour le bien-être de sa petite fille est grande mais l’inconnu, la difficulté, la peur de devoir revenir l’effraie et l’empêche de passer à l’acte.

Alors Mme Leblon se refugie dans son amour pour sa fille. Les moment passés avec elle sont une source de bonheur et d’oubli de son terrible quotidien. Mais le retour de son mari et l’image pleine de bleus que lui renvoit son miroir la ramène inexorablement à sa souffrance.

Les proches, eux, semblent peu présents. Les voisins sentent que quelque chose ne va pas mais difficile pour eux d’aller voir plus loin. Le collègue qui passe à leur domicile découvre les marques de coups, passe une soirée horrifiante où Mr Leblon traite sa femme pire que tout mais sa proximité avec le mari ne lui permet que de réagir mollement.

La tension monte crescendo et le drame qui se profile est inévitable.

Inès est l’histoire d’une femme battue, comme il en existe d’autres malheureusement. Seule face à la violence de son mari, elle peut difficilement réussir à s’en sortir. Les auteurs ont fait le choix de nous montrer juste ces 48h de vie. On ne saura rien de comment le couple en est arrivé là, on ne connaitra pas l’avenir des Leblon et de la petite fille. Au lecteur d’imaginer le pire ou le meilleur.

On s’immerge malgré tout très facilement dans la vie de cette jeune femme. Les dialogues sont parfois absents et les longues plages de silence qui ponctuent l’histoire font passer autant d’émotion par le non-dit et la pudeur.

Car Inès finalement joue beaucoup sur l’émotion. Le père est abject et ne suscite aucune compassion. La mère est une simple victime. Tout se déroule dans la sphère familiale, en huis-clos.  Et c’est peut-être ce qui m’a gêné ici. …A la folie, dont je vous parlais au début de ce billet, m’a semblé bien plus dense et plus riche au niveau des raisons de cette violence conjugale. Comment en vient-on à frapper sa femme ? Pourquoi la femme battue ne part-elle pas ? Comment cache-t’elle les faits à l’extérieur ? Comment les proches doivent réagir face à ce genre de situation ? Ici, rien n’est expliqué. On vous montre abruptement les faits. Pour ma part, je n’ai pas attendu de lire ces albums pour découvrir l’ampleur du phénomène. Ce qui m’intéresse, c’est justement les raisons du pourquoi, de les analyser, de comprendre la passivité qu’on reproche souvent injustement à ces femmes battues.

 

Côté dessin, rien à redire. J’ai beaucoup apprécié le graphisme en noir et blanc de Jérôme d’Aviau. Le trait est simple mais montre beaucoup d’expressivité. Le côté hachuré de certaines textures renforcent l’aspect inquiétant du récit.

Alors, oui, l’album est excellent, et même nécessaire. Il réussit à aborder un sujet casse-gueule sans tomber dans le larmoyant et le pathos. Il provoque malaise et colère, de manière nécessaire.

Mais je regrette néanmoins qu’il ne donne pas plus de clés de compréhension sur ce fait qui touche de nombreuses femmes de manière bien trop souvent invisible.

Le but n’était pas, je suppose, d’expliquer mais de montrer cette violence bien trop cachée, de la dénoncer. Mais je pense qu’un complément d’information, si je puis dire, n’aurait pas nuit à la qualité de cet album.

Du coup, sa lecture fut pour moi une légère déception mais celà ne m’empêche pas malgré tout de vous recommander cette lecture salutaire.

On ne parle jamais trop des femmes battues :1 femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon…Si cet album permet au moins à quelque personnes de se poser les bonnes questions, il aura rempli son rôle.

le grenier à livres –

__________________________________________________________________

Ex-Libris :

ParaBD_1_21679
ParaBD_1_21680

__________________________________________________________________

Liens :

Jérôme d’Aviau : http://jeromedaviau.com/
Drugstore – Glénat : http://www.glenatbd.com/
Renoir Comics : http://www.renoircomics.it/

__________________________________________________________________