La mort douce des auteurs

Pere_Lachaise_Beaumarchais_Pierre_Augustin_Carron_de_28eme_section_02_max

Beaumarchais, père du droit d’auteur reste sans voix à l’annonce des -10 %

Je ne sais pas si vous avez suivi les derniers événements du petit monde de l’édition.
Non, il ne s’agit pas d’un nouveau best-seller, d’une nouvelle fusion mais de la dégradation des conditions de travail des auteurs. Depuis quelques années, la crise est un argument de poids dans la négociation entre les auteurs et les éditeurs. Les livres se vendent moins… Il est donc nécessaire de revoir le niveau de rémunération des auteurs. Le SNAC s’est inquiété de la situation. Le syndicat n’a pas arrêté d’alerter les auteurs… Dans un message Facebook, David Chauvel rappelait :

« Ami(e)s Auteurs, un contrat d’édition n’est PAS un contrat de travail.
Je pense qu’il est indispensable que chaque auteur, débutant ou expérimenté, se rentre ça dans le crâne une bonne fois pour toutes. Car le conséquence directe de ce constat est qu’à aucun moment il ne prend en compte vos nécessités vitales. »

Qu’il écrit bien ce Monsieur David Chauvel.

Aujourd’hui, une nouvelle dégradation des revenus des auteurs tombe du ciel. Cette fois, c’est moins  8% de plus pour la caisse de retraite complémentaire obligatoire et 2% pour une assurance professionnelle obligatoire.

Donc, pour 2015, c’est une baisse de 10% des revenus des auteurs.

Alors, si vous entendez des auteurs crier : « Je jette l’éponge ! », ne vous étonnez pas. Vous savez maintenant pourquoi.